Ca n'existe pas !

Compulsions alimentaires : comment y faire face ?

​Tout le monde ne mange pas pour satisfaire ​sa​ faim. Certaines personnes mangent pour soulager stress, anxiété, tristesse, solitude ou ennui en cédant à ce qu’on appelle compulsion alimentaire. La compulsion alimentaire correspond à la modification du comportement alimentaire en réponse à un ou plusieurs stimuli émotionnels négatifs. Elle peut conduire à une augmentation de la prise alimentaire. Voyons comment faire face aux compulsions alimentaires. 

Que sont les compulsions alimentaires ?

L’alimentation compulsive est un trouble de l’alimentation qui consiste à manger de grandes quantités de nourriture ou à grignoter en continu de manière incontrôlée, quelle que soit la sensation de faim. On parle parfois de « dépendance alimentaire ». L’alimentation compulsive fait partie des troubles alimentaires.

Elle ne s’accompagne pas de vomissements ni d’utilisation de laxatifs comme dans la boulimie nerveuse. La suralimentation compulsive est associée à une sorte de perte de contrôle du rapport à la nourriture. Ce trouble affecte non seulement la santé physique (provoquant l’obésité et les maladies liées à l’alimentation), mais également l’état mental.

Selon les statistiques de la Renfrew Center Foundation for Eating Disorders, l’alimentation compulsive est le troisième trouble alimentaire le plus courant après la boulimie et l’anorexie.

Causes courantes

Les causes immédiates de la suralimentation compulsive n’ont pas encore été entièrement établies. On sait cependant que de nombreux facteurs contribuent à la survenue de ce trouble. Il peut y avoir plusieurs causes à l’alimentation compulsive. Plus la stabilité émotionnelle est faible, plus le risque de développer un tel trouble est grand. Une alimentation excessive peut être un moyen d’améliorer votre humeur, de vous distraire des émotions indésirables ou de soulager le stress.

Nous mangeons compulsivement par la non-acceptation de nous-mêmes. La cause de la suralimentation compulsive peut être une sensation d’anxiété, de peur ou d’anxiété intense et gênante. On a souvent envie d’oublier une situation désagréable, de combler le vide ou de réagir. Manger est censé vous distraire et vous faire vous sentir mieux.

Le problème de la suralimentation compulsive est psychologique. Ce trouble est généralement associé à une faible estime de soi, au perfectionnisme, à une tendance à l’autocritique excessive, à une incapacité à gérer le stress et à l’incapacité d’être conscient et d’exprimer ses émotions de manière saine.

Les effets de la suralimentation compulsive

Les conséquences de ne pas contrôler la quantité de nourriture consommée affectent à la fois le corps et l’esprit. La grande majorité des mangeurs compulsifs ont des problèmes pour maintenir un poids corporel sain. Les compulsions alimentaires peuvent notamment conduire au diabète, à l’hypertension artérielle, au syndrome métabolique et l’athérosclérose. Mais surtout, ce trouble a un impact négatif sur la santé mentale. Il intensifie des états tels que :

  • le faible estime de soi;
  • le manque de contrôle sur sa propre vie;
  • un manque de confiance en soi;
  • le découragement;
  • le doute de soi;
  • la dépression.

L’alimentation compulsive affecte généralement les personnes ayant une faible estime de soi. Et comme l’excès de calories consommées au fil du temps se traduit par des kilos en trop, l’apparence devient de plus en plus problématique. Il y a un sentiment de culpabilité face au manque de contrôle sur la nourriture, une honte liée à l’apparence, un manque de confiance en soi. Tout cela affaiblit l’estime de soi et renforce le trouble lui-même.

Traitement de l’alimentation compulsive

Les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire doivent bénéficier d’une prise en charge globale. Elles doivent à la fois être suivies par un médecin, un diététicien et un psychothérapeute. La psychothérapie est souvent utilisée, parfois en association avec une pharmacothérapie. Parfois, il peut être nécessaire de faire appel à de nombreux spécialistes : cardiologue, gastro-entérologue, néphrologue, endocrinologue et autres.

Traitement diététique

Le travail diététique et psycho-diététique avec le patient est également très important. Il est nécessaire de fournir une éducation nutritionnelle, d’ajuster la valeur calorique appropriée et de trouver un compromis entre le régime alimentaire recommandé et précédent du patient. Dans les cas extrêmes, une courte hospitalisation peut être instaurée. 

Psychothérapie

La thérapie la plus couramment utilisée dans les troubles alimentaires, y compris la suralimentation compulsive, est la thérapie cognitivo-comportementale, mais la clé devrait être l’individualisation d’une approche globale de la personne malade. Le travail du psychologue consiste à aider la personne atteinte de compulsion alimentaire à découvrir les véritables causes de son alimentation excessive. 

Le risque de grignoter fréquemment augmente également en cas de conflits familiaux divers, de stress excessif au travail ou de complexes concernant sa propre apparence ou son intelligence. Le rôle du psychothérapeute n’est pas de venir avec des solutions prêtes, mais d’accompagner le patient dans le processus de rétablissement. La motivation interne au changement et l’honnêteté lors de la séance de psychothérapie sont essentielles au succès de la thérapie.

Le patient, avec l’aide d’un psychothérapeute, s’efforce de changer sa propre image et d’apprendre des façons saines de gérer les problèmes et les émotions difficiles. Il façonne de nouvelles habitudes pour remplacer la suralimentation compulsive. Il reconnaît également les circonstances des crises et apprend à temps à prédire le moment du risque accru de leur venue.

Au cours de la thérapie cognitivo-comportementale, des techniques de relaxation sont également utilisées. Leur tâche est de réduire la tension et l’anxiété du patient. Les personnes aux prises avec des crises de boulimie peuvent aussi envisager de rejoindre un groupe de soutien thérapeutique.